Arthur Hoffner

France
Être ou ne paraître
Fontaines Water Fountains

 
 

Dépourvue de son utilité première, la fontaine d’intérieur est devenue un objet désuet, voire un cliché kitsch. Quoi qu’on pense de cet ornement, on cède volontiers à la fascination devant l’eau qui coule à l’infini, on la regarde, on l’écoute. L’ambiguïté de cet accessoire est exploitée ici pour dessiner des dispositifs harmonieux et malicieux qui prennent place dans la maison. C’est justement l’univers domestique, et particulièrement celui du lavage de la vaisselle, qui est transfiguré par la collection. Le matériel de plomberie — visible — sert de base aux compositions. Siphons, tuyaux en pvc, tubes chromés et bagues en cuivre sont sélectionnés pour leurs qualités fonctionnelles autant qu’esthétiques. Utilisés bruts ou délicatement peints, ils sont combinés à des bols en céramique, des entonnoirs en plastique, des plateaux en marbre ou des éponges de cuisine. Ces ensembles hétéroclites sont harmo nisés par des dégradés pastel qui semblent remonter par capillarité dans la matière solide. La charge décorative est mise en exergue par le traitement du liquide coloré qui s’écoule en cascades incertaines d’un contenant à l’autre, créant ainsi un lien entre les formes. Les fontaines sont suspendues ou posées en équilibre sans que l’on en saisisse la technicité, car toute la mécanique est dissimulée dans les matériaux qui la composent. On peut se laisser aller au plaisir de la contemplation hypnotique, qu’elle soit méditative ou récréative.

Né en 1990, Arthur HOffner obtient un diplôme en arts appliqués à l’École Boulle puis un diplôme à l’ENSCI - Les Ateliers, Paris. Deux de ses projets sont déjà édités, l’un par Cinna, l’autre chez Bibelo. Il a récemment signé du mobilier pour la Gaité Lyrique. Il vit et travaille à Paris

 

Deprived of its primary purpose, indoor water fountains have become obsolete objects, even a kitsch cliche. Whatever one thinks about this ornament, one gladly gives in to a fascination before the water which one watches and listens to as it flows infinitely. The ambiguity of this accessory is exploited here to outline harmonious and mischievous apparatus which inhabit a house. It is precisely this domestic universe, and in particular that of the dish washer, which is transfigured by this collection. The visible plumbing materials serve as a base to the compositions. Syphons, pvc pipes, chromed tubes and copper pipe collars are chosen for their functional qualities as well as their aesthetics. Employed either in a raw state or delicately painted, they are combined with ceramic bowls, plastic funnels, marble platters and kitchen sponges. These incongruous collections are harmonised through graduated pastel colours which seem to rise through a capillary action in the solid materials. The decorative burden is highlighted by the treatment of the coloured liquid, as it flows in unpredictable cascades from one container to another, thus creating a link between the shapes. The fountains are suspended, or carefully balanced, in such a way that one cannot grasp their technical nature, as the entire mechanism is hidden behind the materials from which they are made. One may abandon oneself to the pleasure of a hypnotic contemplation, whether it be meditative or recreational.

Born in 1990, Arthur Hoffner graduated in applied arts from the École Boulle followed by a degree at ENSCI- Les Ateliers, Paris. Two of his project are alreadyin production, one by Cinna, the other by bibelo. He has recently designed furniture for la gaité lyrique. He lives and works in Paris.